Remise en question

Remise en question

Hier, je disais que j’étais en pleine remise en question concernant mon activité d’auteure. J’aime écrire, le problème n’est pas là. Il y a une bonne quinzaine d’années maintenant, peut-être un peu plus, quand m’est venue l’idée d’écrire une histoire de vampires, c’était juste pour moi. Je n’avais jamais eu l’idée d’être éditée. À peine de le faire lire à autrui…

Ce qui m’intéressait dans cette idée c’était le côté immortel d’un personnage traversant les époques, sa manière de voir sa vie, ses aventures en fonction des périodes de notre histoire… J’ai fait une foule de recherches concernant le vampirisme, historiques, médicales, sociales… quand je me suis sentie prête, j’ai écrit un premier texte, une nouvelle puis j’ai continué, certains n’ont jamais été achevés.

J’avais aussi d’autres projets que ces aventures d’un vampire, je voulais essayer d’écrire de la fantasy, plutôt de la dark-fantasy, du thriller, du fantastique (sans vampires)… et puis j’ai mis les pieds sur un forum de passionnées de littérature fantastique, enfin plus exactement surtout de la bit-lit, un genre que je ne connaissais pas du tout.

Pour moi les romans de vampires, c’était Dracula, les Anne Rice, Carmilla… et surtout je lisais bien autre chose, de la fantasy en passant par le thriller ou de la littérature blanche, roman historique… très peu pour ne pas dire pas de romance.

Au final, j’ai découvert la bit-lit en même temps où je me suis lancée dans l’écriture de Dark-Side pour entre autres amuser les copines du forum, mais aussi en contre-pieds… le côté bit-lit du vampire avait tendance à me gonfler. J’ai donc créé le personnage de Cathal (Christophe à l’origine) bien différent du beau ténébreux vampire finalement pas bien méchant dont l’héroïne tombe amoureuse au premier regard et ne se pose pas trop de questions. Mon vampire était un guerrier, sombre, brutal, sanglant… amoureux, mais avec un côté obsessionnel à la limite du harcèlement…
C’est construit un monde, une société vampirique au cours des trois romans que j’ai écrits à cette époque : Dark-Side, Anamorphose et Sombre Rêve.

Un univers qui aurait pu être de la Dark Fantasy s’ils ne s’étaient pas passés dans notre monde… même si c’était à l’abri des regards des hommes.

Bientôt six ans après la publication d’Anamorphose, je me remets en question pour diverses raisons. Dark-Side s’est transformé en une série de 4 romans, une série parallèle a vu le jour avec Sang d’Ombre et j’ai parfois l’impression de m’être fait dépasser par ces romans. Des regrets peut-être aussi. J’ai un lectorat, petit certes, mais bien présent avec pas loin de 1000 lecteurs pour Anamorphose et le premier tome de Dark-Side… mais aujourd’hui je me demande franchement ce qui attire la lectrice ou le lecteur dans mes romans… surtout quand je vois certains livres boudés. En tant qu’écrivain ce qui me plaît c’est le monde, la société vampire créée qui a évolué, les vampires… le coté romance n’a jamais été une volonté du départ et pourtant j’ai la sensation que le lectorat ne s’attarde que sur cet aspect. J’ai l’impression d’avoir loupé quelque chose.

Écrire des scènes érotiques, soyons franc ça me fait suer, je trouve bien plus amusant les scènes de combat, un Swann défoncé, tenté de rentrer dans la cervelle d’un psychopathe comme Thomas que de me demander comment Nelly ou Angie doit gémir en se faisant culbuter.

Du coup, j’ai l’impression d’avoir loupé un truc, d’être partie à la suite de ces quelques mois sur ce forum vers quelque chose qui au final n’est pas vraiment moi…

J’aime beaucoup mes personnages que ce soit Cathal, Edern, Swann, Dante ou même Ashtart, mes héroïnes bof c’est pas avec elles que je m’amuse le plus.

Au final quand je vois les réactions, que je lis les avis ou encore que je vois les ventes de mes romans, voir le manque de réponses, de retours tout simplement vis-à-vis d’histoires ou d’extraits publiés sur le blog (Les Chroniques d’Éva, Princesse dragon…), je me dis que j’ai loupé quelque chose. Je suis déçu face à Kiss Me Deadly ou le recueil Funestes Murmures, et oui dedans il n’y a pas de romance, il n’y a pas de sexe. J’en suis venu à me demander si cela vaut encore la peine que je partage ce que j’ai envie d’écrire. Peut-être, terminer mes histoires de vampires avec la fin de Dark-Side et m’arrêter là. À quoi bon continuer si ça n’intéresse personne ?

Par exemple il y a une scène assez longue dans le premier tome de Sang d’Ombre, jamais quiconque n’en a fait mention… elle est importante pourtant, mais cette partie est plus proche de l’horrifique voir du thriller que de la gentille romance…

Je me pose peut-être trop de questions. Ou peut-être bien que je ferais mieux de me concentrer que sur le graphisme.

Comments (4)

  1. Feisar 05/12/2017 at 11:21

    Bonjour, un peu tard certes.

    Pourquoi et pour qui écris-tu ? Si tu veux servir de la soupe basée sur du sexe toute les pages, tu vas trouver preneur très rapidement, dure réalité.
    Si tu écris ce que tu aimes, alors ton lectorat sera plus réduit, mais tu pourras te faire plaisir et en récompense tu auras fait plaisir aux gens qui te lisent.

    La question est : Faire beaucoup de ventes ou faire plaisir ?

    Je pense que la réponse est simple.

    • Nathy 05/12/2017 at 11:44

      Coucou toi 🙂

      Misère du cul à toutes les pages non merci. Je préfère me faire plaisir et satisfaire mon lectorat actuel qui je l’espère ne s’attarde pas qu’à l’aspect romance…. mais parfois j’en doute.

      L’idéal peut-être trouver un juste milieu ou faire du gore, ça me parle déjà plus.

      Bisou

      • Feisar 06/12/2017 at 05:42

        Alors tu as fais ton choix et c’est tout ce qui importe.

        Tu ferais bien de vite te remettre au travail, il y a des lectrices qui attendent les suites de tes histoires.

        Bonne continuité

        • Nathy 06/12/2017 at 08:55

          Mais je me suis remise au travail, j’écris toujours mon histoire de dark fantasy. Ici je ne mets que des extraits.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *